Les Niouzes par Equation Dive & Travel

Festival Sinulog Cebu aux Philippines

Posté par:

Festival Sinulog de Cebu, couleurs et fiestas !

Plus d’un million de visiteurs chaque année : le festival Sinulog de Cebu me plonge, ce mois-ci, au coeur d’un évènement culturel, religieux, et surtout très musical et coloré !

Cette année, c’est décidé : j’y vais !

Recherche d’hôtel (à priori, je ne suis pas la seule à vouloir assister à cet évènement spectaculairement historique !), notions de base sur l’histoire de cette fête convoitée, tracé du parcours des défilés, carte en poche, tenue confortable, c’est parti !

L’accueil des Cebuanos est encore plus chaleureux que d’ordinaire. A mon arrivée au port, je m’entends souhaiter « Pit Señor » à tue tête, les chants au rythme du Sinulog et de Santo Niño résonnent déjà sur les ondes radios de mon taxi. Je me dirige vers le centre de Cebu, juste avant que les routes y soient barrées, cause parade me dit on.

Cri Pit Senior festival Sinulog

Cri Pit Senior festival Sinulog

Jamais une course en taxi n’aura été aussi longue. Je regarde autour de moi : les affiches clament toutes le même slogan, les sponsors y apparaissent nombreux, les passants revêtent des tenues colorées et leurs visages sont pour beaucoup peinturlurés. Je vois, ça et là, des « tatoueurs éphémères », des kiosques par dizaines et des produits à l’effigie de l’enfant Jésus par centaines, des tee-shirt, chapeaux, casquettes version plumes et couleurs, de la musique, partout. La même. « Sinulog, isyagit ug kusog, Pit Senyor, Pit Senyor, Tanan Magsauloy », mots inconnus pour mes quelques connaissances de la langue cebuana, mais ces paroles résonnent. Partout.

Je m’enquiers auprès de mon chauffeur de quelques connaissances historiques sur le festival de Sinulog devenue référence aux Philippines.

Fier, il me rappelle que le Christianisme est arrivé aux Philippines en 1521 à travers Ferdinand Magellan qui, dès son arrivée sur l’île de Cebu, a converti le Rajah Humabon et son peuple à la religion catholique. Que la représentation de l’enfant Jésus que nous voyons sous toutes ses formes depuis mon arrivée est la reproduction d’une statue offerte par le colonisateur à l’épouse du Roi Humabon en hommage au baptême de ce dernier.

La joie du danseur festival Sinulog Cebu Philippines

La joie du danseur festival Sinulog Cebu Philippines

La lédende du festival de Sinulog á Cebu aux Philippines.

Que la légende dit alors que la Reine, depuis nommée Queen Juana, se serait mise à danser le Sinulog, statue à la main, en remerciement. Car Sinulog est avant tout une danse, pratiquée depuis des siècles par le peuple Cebuano. Deux pas en avant, un pas en arrière, au son des percussions…

La joie du danseur festival Sinulog Cebu Philippines

La joie du danseur festival Sinulog Cebu Philippines

« One Beat, one Dance, One Vision » : slogan du Festival Sinulog qui, depuis les années 80, prend une dimension impressionnante selon la volonté du directeur régional du Ministère des Sports.

Nous nous approchons des endroits « stratégiques » : Boulevard Osmeña, Basilique Santo Niño, Fuente Osmeña Circle. Les foules se font denses. Les routes se barrent, mon chauffeur me déposera alors aux barrières de cette ville de fête en me souhaitant « Pit Senyor ».

Pit est le diminutif du mot cebuano « Sangpit » signifiant « exiger, ou réclamer », Senyor fait référence à l’enfant Jesus, en l’honneur de qui cette fête est célébrée.

Je lui réponds à mon tour « Pit Senyor ».

Affiche du festival Sinulog Cebu

Affiche du festival Sinulog Cebu

« One Beat, one Dance, One Vision » : slogan du Festival Sinulog qui, depuis les années 80, prend une dimension impressionnante selon la volonté du directeur régional du Ministère des Sports.

Nous nous approchons des endroits « stratégiques » : Boulevard Osmeña, Basilique Santo Niño, Fuente Osmeña Circle. Les foules se font denses. Les routes se barrent, mon chauffeur me déposera alors aux barrières de cette ville de fête en me souhaitant « Pit Senyor ».

Pit est le diminutif du mot cebuano « Sangpit » signifiant « exiger, ou réclamer », Senyor fait référence à l’enfant Jesus, en l’honneur de qui cette fête est célébrée.

Je lui réponds à mon tour « Pit Senyor ».

 

Aujourd’hui est l’évènement le plus important du Festival : la grande parade.

Je me faufile au milieu de la foule entassée au bord du Boulevard Fuente-Osmeña, j’entends, au loin, les percussions et, toujours, ces paroles « Sinulog, isyagit ug kusog », je me surprends désormais à les fredonner moi même !

Arrive alors le premier char. A son bord, une princesse, brandissant sa statuette et souriant aux badauds. Elle rayonne. Derrière elle, sa troupe de danseurs, vêtements colorés uniformes, rythme bien calé, percussionnistes et danse. Magique.

Concours princesse Sinulog

Concours princesse Sinulog

Les chars défilent alors les uns après les autres. Chaque troupe s’arrête pour faire son show, principalement devant les tribunes des membres du jury qui, à la fin de l’évènement, couronneront les meilleurs, les vainqueurs se verront remettre une somme allant jusqu’à 1.000.000 pesos pour la catégorie « Street Dancing ». Je comprends alors l’engouement et la recherche de la perfection, tant au niveau de la mise en scène, que des costumes et des danses.

 

Justement, l’une des mises en scène m’interpelle. Le décor se dresse sur fond de protection de l’environnement. Les danseurs/acteurs démarrent le « show » par une prise de conscience au tri des déchets. Bien. Très bien. Les danseurs arrivent et la chorégraphie tourne autour du thème de la nature et se sa préservation avant le final joué par la Princesse et son emblème de l’enfant Jesus. Comme quoi, les traditions religieuses peuvent également sensibiliser à des sujets de société on ne peut plus d’actualité !

L’intérêt des passants au spectacle est donc extrêmement varié tant la recherche de création l’est de son côté.

Chaque « troupe » est constituée par un contingent: barangay, troupe culturelle d’une province des Philippines, section d’une université ou d’une école, entreprise, on les appelle des « Tribu », des « Culturang Placereño » ou autre « Cultural troupe ». Pour chacune d’entre elle, je sens un travail immense sur tous les aspects de la réussite : chorégraphie, costumes, beauté de la « Princesse » représentative. Un évènement que je ne soupçonnais pas aussi majeur.

Princesse festival Sinulog

Princesse festival Sinulog

Au-delà de la Grande Parade à l’image des plus célèbres Carnavals, le Sinulog, c’est aussi (et surtout si l’on se rappelle bien la signification de l’évènement !) des rassemblements religieux, comme la Grand’ Messe pontificale du Dimanche, des processions fluviales, processions solennelles, « street party », marathons, feux d’artifices, soirées au sons électro, présence des stars du petit et du grand écran Filippino (j’y aurais d’ailleurs appris l’existence d’un certain Coco Martin qui a, lors de la parade, déclenché des émeutes féminines limite dangereuses !).

Chaque quartier « stratégique » revêt alors des airs de fête, chaque bar, restaurant et autre commerce y va se ses enceintes et de sa version de l’hymne. Salon de coiffure comme garage automobile : chacun semble, à son niveau, contribuer au Festival !

Après cette journée enivrante, direction la pace « Fuente Osmeña Circle » et ses restaurants de rue installés pour l’occasion. Ici, des centaines de visiteurs se réunissent en famille pour déguster quelques brochettes ou autre met typique sucré. L’occasion (enfin !) de se reposer, l’espace d’un repas.

La foule festival Sinulog Cebu Philippines

La foule festival Sinulog Cebu Philippines

Démarre alors la grande finale des « deejays », autre catégorie récompensée par les organisateurs du Festival. La soirée commence, les « beats » musicaux augmente. Mes oreilles sifflent, demandent du repos. Mon heure est venue de rentrer.

Aujourd’hui, je laisse là les dernières épreuves du festival, les réjouissances des vainqueurs et leur saveur du succès. Je sais que tous les participants redoubleront d’efforts chaque année pour, encore, se voir couvrir d’applaudissements et de reconnaissance.

Quant à moi, je me promets d’y retourner en Janvier 2017 en essayant de la jouer en mode « VIP », invitée par un sponsor. A moi les gradins en lieu et place du trottoir, les explications au fil de la parade, et, qui sait, peut-être la rencontre avec ce si célèbre acteur !

Je me réjouis d’avoir pu vivre ces moments et me décide, au plus vite, à parcourir, encore, les routes des célébrations évènementielles des Philippines.

Des Festivals (ou Fiestas), il en est des centaines chaque année. Sinulog, Kadayawan, Dinagyang, Masskara, Moriones, mais aussi « Fiestas » locales dont les couleurs, traditions et célébrations donnent aux Philippines un air de fête permanent !

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur le Sinulog sur le site officiel : http://www.sinulog.ph.

Danse parade festival Sinulog Cebu

Danse parade festival Sinulog Cebu

0
  Posts Similaires

Ajouter un commentaire